Publications

toi-l-ami-sylvain-lelievreLes éditions L’instant même publient Toi l’ami. Cent regards sur Sylvain Lelièvre un album réunissant une centaine de témoignages et une riche iconographie de l’artiste. Il est frappant, et touchant, de voir le nombre de témoignages dédiés à Sylvain Lelièvre. Quand le chanteur a reçu le Félix du meilleur auteur-compositeur au Gala de l’ADISQ en 1994, une immense amitié s’est exprimée de la part de tous ceux, amis de toujours, condisciples d’autrefois, collègues de la scène ou étudiants, voisins, admirateurs et tout le public mélomane : justice venait d’être rendue à un chanteur discret, dont l’authenticité était enfin célébrée. Cet artiste vrai méritait qu’on se rappelle sa présence dans notre propre quotidien par une image, un refrain fredonné, un moment de lucidité sereine. Auteures : Élizabeth Gagnon et Monique Vaillancourt-Lelièvre, Éditions L’instant même, 240 page, Québec, 8 avril 2013.

 

3e-orchestre

Premier et unique roman de Sylvain, Le troisième orchestre est un récit qui se déroule à Québec dans les années 1950. l’époque de sacro-sainte obéissance, comme l’écrit Gilles Vigneault en préface. L’imagination de l’auteur nous la restitue tout en nuances et pleine de mystères, du plus léger au plus grave. À sa parution, Le troisième orchestre a reçu un accueil unanime et chaleureux, reconnaissant au roman de Sylvain Lelièvre son caractère original, achevé et touchant, au même titre que ses chansons. Extrait du roman : C’est alors seulement que j’émerge des limbes et que je comprends : la violoncelliste ne peut être que madame Ross — Marjorie —, la mère d’Hubert ! On la prendrait volontiers pour sa sœur aînée tellement elle fait jeune. Mais je n’ose pas vraiment regarder son visage : j’ai trop peur qu’elle me voie la regarder. Éditions L’instant même, collection Poche, 196 pages, Québec, 26 mars 2012.

chanteurlibreLe chanteur libre comprend l’intégrale des chansons de Sylvain Lelièvre, auteur, compositeur et interprète, grand poète du quotidien, attentif aux petites joies individuelles comme aux injustices universelles. On retrouve notamment dans ce recueil une quarantaine de chansons inédites, écrites dans les années 1960 et 1970. Quelques textes sont accompagnés d’un commentaire de Sylvain, d’un mot d’un coauteur ou d’un interprète, nous racontant la naissance ou l’histoire d’une chanson. La postface de Jean Royer nous invite à lire ce recueil comme s’il s’agissait d’un ouvrage de poésie. Enrichi des préfaces de Robert Léger et de Denys Lelièvre, d’une chronologie et d’une bibliographie, Le chanteur libre se révèle pertinent et essentiel. Éditions TYPO Poésie, Montréal, 336 pages, 2008.

 

À mots découverts

À mots découverts rassemble les paroles d’une centaine de chansons de Sylvain Lelièvre, la plupart enregistrées sur CD ou vinyles. En prime, une douzaine de photos qui retracent les 30 ans de carrière du chanteur. La partition musicale de la chanson Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves? figure également dans le recueil. Si la musique permet d’écouter les chansons, ce livre voudrait maintenant leur donner à lire pour qu’on goûte leur poésie. Préface de Jean Royer. VLB éditeur, Collection Chansons et monologues, Montréal, 212 pages, 7 avril 1994.

 

 

Entre-ecrire

Recueil de poésie et de textes de chansons de Sylvain Lelièvre intitulé Entre écrire et paru en 1982. L’ouvrage rassemble des poèmes et des chansons écrits entre 1962 et 1982. « Qu’on ne s’y trompe pas. Il s’agit bien d’une « œuvre ». Par sa puissance d’évocation, par la musicalité de sa poésie, par la récurrence des thèmes, la fidélité à lui-même, la continuité et la rigueur du propos. C’est une oeuvre parce que les chansons de Lelièvre lui survivront longtemps » Pierre Cayouette, Le Devoir, 4 mai 2002. Nouvelle éditions de l’arc, Collection de l’Escarfel, Ottawa, 252 pages, 1982.

 

 

Les-7-portesOuvrage de poésie québécoise intitué Les 7 portes. L’œuvre poétique de Sylvain Lelièvre bien qu’encore naissance est évocatrice de la suite de son répertoire en chansons. Nouvelles éditions de l’arc, Collection de l’Escarfel, 91 pages, Montréal, 1972.